Découverte de l’île de Pâques par les Polynésiens

L’île de Pâques ou Rapa Nui a été découverte, en ce qui concerne les européens, par le néerlandais Jakob Rogeveen qui débarqua pour la première fois sur cette île le jour de Pâques, le 6 avril 1722.

Les habitants de l’île de Pâques, ayant une langue d’origine Austronésienne, seraient arrivés sur l’île entre le IXème et le XIIème siècle. Ils seraient parti, selon la tradition orale, de l’île d’ Hiva Oa dans l’archipel des Marquises qui fait parti des îles Polynésiennes.

Carte austronesienne
Migrations Austronésiennes (Source)

Il est bon de rappeler que les habitants de l’île de Pâques appelés « les Pascuans » qui ont été identifiés comme ayant des gênes Polynésiens, Mélanésiens et Asiatiques [1][2], ont aussi la navigation dans les gênes. Leurs ancêtres Austronésiens qui sont partis, environ 3000 ans avant notre ère [3][4], d’Asie du Sud-Est ont durant des millénaires navigué et découverts de nouvelles îles pour s’y installer comme les Philippines, les îles Caroline, la Nouvelle Guinée, les îles Fidji et bien d’autres.

Ces navigateurs confirmés et qu’on dit pouvoir se diriger grâce aux étoiles et aux mouvements des vagues maîtrisaient la construction de simples pirogues mais également la construction de voiliers double coque qui s’apparentaient à des catamarans et qui étaient déjà plus à même d’effectuer des voyages en haute mer.

double coque polynésien
Gravure de E. Rooker d’après Parkinson. A view of the island of Ulietea, with a double canoe and a boathouse. (Source)

Hiva Oa se trouve à 3600 km de l’île de Pâques. On peut légitimement se demander comment ces Polynésiens partant d’Hiva Oa sont tombés sur l’île de Pâques ? Ont-ils fait plusieurs sorties en haute mer ? Ont-ils découvert cette île dès leur premier voyage ?

La tradition orale semble préciser qu’ils auraient fait un seul voyage. Regardons ensemble la carte Google Earth plus en détails afin de voir comment ils auraient pu tomber assez facilement sur l’île de Pâques.

trajectoire vers l'ile de Paques modif 3
Carte Polynésie Française (Source Google Earth)

Plutôt que de partir dans n’importe quelle direction, les Polynésiens partis d’Hiva Oa, selon la tradition orale, ont très bien pu suivre les îles successives vers le Sud/Sud-Est que sont les îles Tuamotu (qui s’étendent sur 1600 km), les îles Gambier et cela jusqu’aux îles Pitcairn qui sont les dernières îles les plus proches de l’île de Pâques. S’ils ont suivi ces îles, ils ont pu naviguer en sécurité durant une bonne partie de leur voyage ayant assez fréquemment des îles sur leur chemin qui pouvaient ainsi leur permettre de se reposer et de se réapprovisionner en nourriture selon ce que ces îles pouvaient fournir. Une fois arrivés aux îles Pitcairn, ils n’étaient plus à 3600 km de l’île de Pâques mais tout au plus à environ 1900 km. On constate d’ailleurs que si l’on suit le prolongement de ces îles, on tombe plutôt facilement sur l’île de Pâques [1].

Sources

[1] Origines mélanésienne et asiatique des polynésiens (Publication 2006)

[2] L’ADN ne montre aucune trace de contact entre les habitants de l’île de Pâques et ceux d’Amérique du Sud – Article Sci-News de 2017

[3] Île de Pâques : Faux mystères et vraies énigmes, une conférence en vidéo de Nicolas Cauwe au muséum de Toulouse

[4] Les butineurs d’îles, d’Asie en Océanie par Hubert Forestier (CNRS)

Vidéo « Archéologie Rationnelle »

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :